Corée du Sud

Trouver un logement en Corée du Sud

Trouver un logement en Corée du Sud est relativement simple, si on sait ou chercher ! La barrière de la langue peut être un problème, néanmoins, mais il existe des solutions pour trouver où dormir rapidement. Petit tour d’horizon sur les possibilités de logement en Corée du Sud !

Combien ça coute ?

Le prix des logements à Séoul dépend évidemment du quartier et de la taille de l’endroit. Il y a des quartiers chers, comme Gangnam, d’autres considérés comme moins chers (Guro Digital), ou encore des quartiers où se trouvent beaucoup d’expatriés comme Itaewon ou Haebangchon.

Honnêtement, les appartements ne payent pas souvent de mine à Séoul. Ils sont propres, mais pas forcément fonctionnels. Dans mon budget, je pouvais souvent trouver des appartements avec du lino mal posé, de l’humidité… Il sera difficile de trouver un appartement coup de coeur sans un budget important !

Une chose à savoir avant toute chose : en Corée, on paye souvent une caution très importante en plus des loyers. Les propriétaires se servent de cet argent pour l’investir et avoir des retours à plus long terme. Il n’est donc pas rare de voir des appartements décents à 500.000 won de loyer et 20 millions de won de caution !

De plus, les charges ne sont jamais comprises dans le prix du loyer. Il faut évaluer ses propres dépenses et, si on veut économiser, faire attention au chauffage en hiver et à la climatisation l’été !

Il est également possible de vivre dans un appartement… sans payer de loyer ! Ce n’est bien sûr pas aussi simple, puisque pour se faire, il faut négocier avec le propriétaire une somme (très) importante à lui donner, qu’il va investir, en tirer des bénéfices, et nous rendre la somme en partant. Cela s’appelle un Jeonse (전세), la somme est sensiblement équivalente au prix du logement, et peut s’élever, par exemple, à 200.000.000 won.

Pour ma part, j’ai vécu en premier lieu en colocation avec une coréenne dans le quartier de Dongbinggo (동빙고동), un quartier très calme, avec assez peu de choses à faire, mais très proche de la Han River, du pont Banpo (et ses fontaines arc-en-ciel) et à quelques minutes d’Itaewon, qui est un quartier très dynamique. Comme je travaillais à Noksapyeong, l’emplacement était idéal. L’appartement était relativement grand, avec un salon spacieux et une belle chambre. Le loyer s’élevait à 400.000 won, avec un mois de caution, et je payais presque 200.000 won de charges, ce qui est énorme, même à deux, et je n’ai jamais compris pourquoi.

Après quelques problèmes avec ma colocataire et l’adoption de ma chienne, j’ai préféré déménager pour prendre un studio. J’ai finalement trouvé un office-tel entre Guro Digital Complex et Daelim. Ce choix n’a finalement pas été très judicieux, puisque j’étais à une heure de mon travail (contre un quart d’heure avant), assez loin d’un grand parc pour mon chien et que je payais assez cher. Mon loyer s’élevait à 650.000 won, avec 400.000 de caution, 50.000 won de building fees, et des charges entre 30.000 et 50.000 won. J’étais dans un quartier chinois et j’étais très dévisagée. En 6 mois, j’ai croisé une fois une étrangère, comme moi.

 

seoul

 

Typologie des logements

Voici les différents types de logements :

  • Les goshiwon (고시원) – Imaginez un long couloir et de nombreuses portes espacées régulièrement. Chaque porte est une petite chambre, et chaque chambre se ressemble. Ce sont généralement des petits carrés où se trouvent un petit lit simple, un bureau, une ou deux étagères et, parfois, une fenêtre. Les goshiwon sont des logements peu chers, très petits et pas du tout insonorisés. Les toilettes et la salle de bain est souvent commune à un étage complet. Si la salle de bain appartient à la chambre, le tout coûtera plus cher. On trouve des goshiwon à partir de 250.000 won par mois. C’est un logement qui peut être intéressant pour ceux qui sont de passage, qui sont très organisés ou qui ne possèdent pas beaucoup d’affaires. En effet, c’est assez précaire et c’est un mode de vie à adopter. Je n’ai jamais testé personnellement, mais une amie à moi vit en goshiwon depuis plusieurs années, dans cette toute petite pièce depuis laquelle on entend tout ce qui se passe ailleurs.
  • Les guest houses – Les guest houses sont, selon moi, un excellent moyen de faire ses premiers pas en Corée. Ce sont des sortes d’auberges de jeunesse, tenues par des Coréens, souvent bien placées dans des quartiers dynamiques, et la chambre se paye à la journée ou à la semaine. On peut avoir le choix entre une chambre simple, double, une chambre à quatre ou six, ou encore un dortoir. C’est idéal pour prendre le temps de trouver un logement à plus long terme, ou encore idéal pour des vacances. Je conseillerais notamment la guesthouse StayKorea, à Hongdae, qui est tenue par une Coréenne qui parle français, qui a été très sympa avec moi et mes amies lors de mon premier voyage et qui nous a bien aidée !
  • Les hôtels – Comme partout, les hôtels sont plus agréables et confortables qu’une guest house ou qu’un goshiwon, mais coûtent aussi plus cher. Ils sont nombreux, surtout dans les quartiers touristiques. On trouve aussi de nombreux love hotels / motels qui peuvent être à thèmes, à destination des couples, moins chers que les hôtels traditionnels.
  • Les office-tel (오피스텔) – Ce sont des logements qui comprennent des bureaux, parfois des commerces, et des studios, idéaux pour les employés qui ont ainsi moins de temps de transport et qui peuvent travailler plus ! Il est possible de vivre dans ces studios sans pour autant être rattaché à ces bureaux.
  • Homestay – Le homestay est le fait de vivre chez l’habitant. Il peut être rassurant et utile de vivre avec une maman coréenne qui s’occupe parfois des repas et peut aider pour toutes les questions qu’on se pose. C’est un type de logement adéquat pour des personnes jeunes, qui souhaitent travailler leur coréen efficacement et qui ne souhaitent pas vivre seul. Il y a plusieurs sites qui proposent ce service en Corée.
  • Les appartements – Les appartements coréens sont très disparates. Ils peuvent être magnifiques ou vraiment miteux, il faut faire attention lors des visites ! Certains sont en sous-sol avec des petites fenêtres, d’autres au 25ème étage et très lumineux… Il y en a pour tous les prix et toutes les envies.
  • Les maisons – Les maisons coréennes peuvent être traditionnelles ou plus modernes. A Séoul, elles sont rares et hors de prix.

 

seoul

Où chercher ?

Depuis la France, il existe très peu de solutions pour chercher un logement. Je conseille d’utiliser Craigslist, rubrique Housing, poster une annonce et regarder régulièrement les logements disponibles. Ce site est rudimentaire, il s’adresse surtout aux expatriés Américains à Séoul et proposera donc de nombreux logements dans leur quartier de prédilection : Itaewon, Hannam, Haebangchon. Il y a aussi des appartements proposés aux étudiants aux alentours de Hongdae, Ewha et Sinchon. Attention aux goshiwon qui proposent des prix biaisés sur ce site. Il ne faut pas hésiter à bien utiliser les mots clés et les filtres disponibles.

Depuis la Corée, c’est plus simple. Mais l’aide d’un Coréen est souvent précieuse, puisque l’anglais est toujours très peu parlé à Séoul, sauf dans les quartiers où logent les expatriés américains.
L’application de prédilection en Corée est ZigBang (직방). Avec un peu de vocabulaire, il est aisé de la parcourir, mais il sera plus difficile de contacter directement les agences immobilières, qui sont nombreuses à Séoul.
Enfin, les Coréens utilisent le cafe Peter Pan sur Naver pour chercher un logement. Il faut un compte Naver (et donc être Coréen) pour parcourir le site cependant.

J’ai vécu dans différents types de logements. Lors de mon premier voyage, en 2013, j’ai d’abord vécu en guest house pendant quelques jours à Hongdae, le temps de me familiariser avec le décalage horaire et faire mes premiers pas à Séoul. Ensuite, une chambre étudiante m’attendait sur le campus de Yonsei University. Pour mon second voyage en 2014, j’ai trouvé un appartement avant mon départ grâce à Craigslist. Une française souhaitait changer d’appartement car elle ne supportait plus sa colocataire (et j’ai compris pourquoi) et j’ai pris sa place. J’ai ensuite eu de l’aide d’un Coréen pour trouver mon office-tel grâce à l’application ZigBang et une agence immobilière du quartier.

 

Etudiant(e) : je fais quoi ?

Les universités coréennes proposent généralement un logement sur le campus. C’est le cas en tout cas pour Yonsei, Ewha et Sogang. A Yonsei, nous avions le choix entre trois types de studio dans deux immeubles différents. J’ai choisi la plus chère et confortable, puisque je ne souhaitais pas partager ma chambre (j’aime être tranquille). C’est un choix que je conseillerai, car les logements sont propres, confortables et permettent d’être au coeur des campus gigantesques et proches des quartiers étudiants.

Par contre, il y a des règles à suivre généralement. Pas de personne du sexe opposé à l’étage, pas d’invité dans la chambre après une certaine heure, parfois un couvre-feu, etc. Si ces règles ne vous conviennent pas, libre à vous de vous tourner vers les goshiwon ou les petits appartements étudiants du quartier. Il y en a de nombreux disponibles sur Craigslist.

 

seoul

Astuces

Il est possible d’économiser sur le prix du logement en Corée, car tout est négociable. Si on augmente la caution, on diminue le prix du loyer, on paye donc moins à long terme. Lors de la recherche de logement, il n’est pas rare de voir différents prix proposés pour un même bien.

De même, il est aisé d’économiser sur les charges. Pour ma part, puisque mon loyer était déjà élevé, j’économisais sur mon chauffage en hiver (de manière drastique, un jour en me réveillant, il faisait 9 degrés dans mon appartement…) (j’avais quatre couvertures, c’était pratique) et je mettais la climatisation de temps en temps lorsqu’il faisait trop chaud. Les Coréens que j’ai rencontrés me conseillais d’ailleurs de mettre le chauffage à fond pendant un court laps de temps que de manière tempérée pendant plusieurs heures.

Enfin, attention aux contrats ! Ils sont généralement rédigés en Coréen, il faudra alors bien les lire et être sûr de tout comprendre. Pour ma part, l’agence immobilière s’engageait à payer mon eau chaude (environ 10.000 won par mois pour ma consommation), en compensation parce que je n’avais pas le wifi.

Trouver un logement en Corée n’est pas simple, ni une partie de plaisir. Il ne faut pas être trop regardant ou exigeant. Il ne faut pas oublier de penser que l’intérêt se fera à l’extérieur, avec les nombreuses choses à faire dans le pays !

Previous Post Next Post

You Might Also Like

0 commentaire

Répondre