Browsing Category

Chroniques

Chroniques, Lecture

Sang d’ombre, tome 1 : De larmes et de sang – Nathy

J’ai reçu De Larmes et de Sang dans le cadre d’un partenariat avec Livraddict et la maison d’édition Lune Ecarlate, merci donc à eux ! C’est avec grand plaisir que j’ai pris ce livre en main pour découvrir cette maison d’édition.

nathy sang d'ombre 
Auteur : Nathy
Titre : De Larmes et de Sang
Saga : Sang d’Ombre
Edition : Lune Ecarlate
Genre : Romance, fantastique

Acheter : Amazon

 

« Je le hais. Je veux qu’il crève comme un chien ! Je veux qu’il souffre les sept enfers… ceux qu’il m’a fait traverser… Je veux le voir implorer qu’on le mette à mort. Maman, il m’a tout pris… jusqu’à mon âme… » La vie d’Angelyne, jeune humaine née au sein d’un clan d’Ichoriens, verse dans les affres de l’horreur le jour où Thomas refait surface. Sauvée in extremis du martyre par Cathal, un Chevalier-Vampire, sa réhabilitation s’annonce lente et douloureuse, d’autant que Swann, le procureur, la poussera dans ses derniers retranchements…Que choisira la jeune femme, l’amour ou la haine face au froid et très particulier frère d’Edern, le Prince des Immortels ?

J’ai énormément de choses à dire sur ma lecture, alors je vais essayer de le faire point par point.

[TW : viol, torture]

Les Editions Lune Ecarlate font vraiment de très beaux livres. C’est le premier que je reçois de cette édition et je peux dire que l’objet est soigné. De Larmes et de Sang fait partie de la collection Pleine Lune. La couverture est très belle et j’aime beaucoup le format du livre. On a même droit à une illustration en première page, pour le soucis du détail.

La préface m’a beaucoup plu et m’a vendu une très belle lecture. J’ai notamment aimé un passage…

Amateurs de vampires modernes « bodybuildés » aux supers pouvoirs qui tombent sous le charme d’une humaine top-model rêvant depuis des années du prince charmant qui tarde à arriver sur son blanc destrier, passez votre chemin !

… j’étais ravie ! Même si finalement je me suis peut-être trop emballée en lisant cette phrase. J’étais néanmoins heureuse de lire une histoire de vampire qui ne soit pas de la bit-lit et je m’attendais donc à une lecture loin des stéréotypes que l’ont rencontre souvent dans les histoires modernes de vampires.

Avant le début de l’histoire, il y a un glossaire qui se révélera important pour les premiers lecteurs des histoires de Nathy. On apprend que ses vampires sont appelés des Ichoriens, que les Orghaars sont des guerriers d’élites, etc. Un passage à ne pas manquer avant de débuter l’histoire. On apprend également que, dans l’univers de Nathy, certains humains sont au courant de l’existence des vampires et vivent en communauté avec eux. C’est le cas d’Angelyne, notre héroïne, qui vit avec ses parents dans la même communauté que Julien, son fiancé Ichorien, qui lui a promis de la transformer afin qu’ils vivent une vie longue et heureuse ensemble.

C’était sans compter l’apparition de Thomas, un Ichorien « frère » de Julien qui est très attiré par la jeune fille et qui va commencer à se montrer bien trop entreprenant avec elle. Et par « entreprenant », j’entends en fait qu’elle est victime de harcèlement et attouchements sexuels purs et durs. Malheureusement, personne ne semble la croire, pas même son fiancé, qui pense qu’elle est attirée par le nouveau venu. Cela fait étrangement écho à ce que de nombreuses victimes de harcèlement et viol de nos jours vivent : la victime est accusée d’être coupable, et c’est très douloureux à lire.

Autant prévenir : les premiers chapitres m’ont été insupportables. Thomas fini par enlever Angelyne afin de l’emmener dans un endroit inconnu et de disposer d’elle à sa guise. Elle va rester plusieurs mois cloîtrée dans une petite chambre à subir les pires tortures possibles et imaginable. Nathy ne nous épargne rien, et j’aurais peut-être aimé plus de retenue sur ces passages qui m’ont semblés trop longs et difficiles. J’ai trouvé cette introduction malsaine, à cause d’une surenchère de détails, mais c’était peut-être le but recherché. Je pense notamment qu’il n’est pas nécessaire de connaître les détails de l’anatomie d’un personnage qui est en train de violer et torturer une jeune femme, comme si on se trouvait dans une romance érotique.

Bref, après cette introduction, nous suivrons Angelyne qui va tenter de se reconstruire, tout en patientant jusqu’au du procès de Thomas. Entre temps, il ne se passe pas grand chose, et j’ai trouvé que l’histoire manquait de rythme. Nous rencontrons assez rapidement Swann, auquel j’ai eu beaucoup de mal à m’accrocher, puisqu’il a ses vices et ses dérives, et je comprends mal pourquoi Angelyne s’intéresse à lui après tout ce qu’elle a enduré. J’ai trouvé que la relation entre les personnages manquait de logique.

Quelques détails sur Swann : certains de ses propos et de ses attitudes sont choquantes. Angelyne a vécu l’enfer pendant plusieurs mois et refuse qu’on la touche, et il se permet d’insister alors qu’elle lui fait bien comprendre que non. Le consentement, c’est quelque chose qu’il ne connait pas, et ça m’a dérangé. Il veut lui imposer de coucher avec lui en la faisant culpabiliser, il la prend pour acquise, il confronte Thomas pour lui dire qu’elle est à lui… Il est également froid, calculateur et toxicomane, bref, il n’a rien pour lui et selon moi, on a une bonne base pour une relation abusive.

J’ai d’ailleurs du faire une pause dans ma lecture et lire autre chose avant d’y revenir. C’est un avis qui finalement plutôt négatif sur l’histoire, néanmoins, je pense que ce livre peut intéresser certaines personnes en quête de mythologies différentes sur les vampires. Les Ichoriens ont un passé développé par l’auteur autour de ses différents livres, et cela me laisse très curieuse.

Je ne souhaitais pas m’attarder sur quelques erreurs liées à l’édition (passages à la ligne en milieu de phrases notamment, une note qui n’est pas en exposant) jusqu’à ce que je tombe sur un passage entre parenthèse qui est en fait un oubli complet de l’éditeur, qui m’a fait un peu sourire, du genre « (mettre référence à Dark Side III) » en parlant des notes de bas de page, sauf que c’est resté dans le corps du texte. J’espère pour l’éditeur que cela a été corrigé avant la vente du livre !

Bon, vous l’aurez compris, je n’ai pas apprécié De Larmes et de Sang, malgré un résumé qui me faisait très envie, ce n’est pas passé pour moi.

Note : ★ ★ ☆ ☆ ☆

Chroniques, Lecture

Des larmes sous la pluie – Rosa Montero

des larmes sous la pluie rosa montero
Ces derniers temps, j’ai envie de me concentrer sur de la littérature « adulte ». Je lis beaucoup de jeunesse, et je passe à côté de petites perles parmi les livres « de mon âge ». En plus de ça, j’ai de grandes lacunes en science-fiction, que je m’efforce de combler de temps en temps… Autant vous dire que j’ai été ravie de découvrir Des larmes sous la pluie de Rosa Montero, que m’ont gentiment envoyé les Editions Métailié. Et en plus de ça, j’allais découvrir mon tout premier auteur espagnol (Cervantès ne comptant pas comme un auteur que j’ai décidé de lire de moi-même). J’ai donc été ravie de découvrir ce livre dont les avis étaient plutôt bons.

Etats-Unis de la Terre, 2109. Les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour instrumentaliser l’histoire de l’humanité. Bruna Husky, une réplicante guerrière, seule et inadaptée, décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même. Aux prises avec le compte à rebours de sa mort programmée, elle n’a d’alliés que marginaux ou aliens dans ce tourbillon répressif, vertige paranoïaque, qui emporte la société.

Bruna Husky est une réplicante, c’est-à-dire qu’elle a été créée artificiellement, qu’elle possède une fausse mémoire, afin de lui donner l’illusion qu’elle a vécu une enfance, et qu’elle ne vivra pas plus qu’une dizaine d’année à cause de sa mort programmée. Sa vie va commencer alors qu’elle semblera avoir 25 ans, et se terminera après ses 35 ans. Elle est détective privée, et on va lui demander d’enquêter sur une affaire qui va prendre de grosses proportions.

Avant toute chose, Des larmes sous la pluie s’attaque à l’univers de Blade Runner. N’ayant ni lu le livre, ni vu le film, je me suis empressée de faire une petite commande chez Amazon pour recevoir le livre et connaître l’oeuvre de base, afin de m’en imprégner. J’ai lu Blade Runner rapidement et ait pu bien comprendre les enjeux des replicants (ou techno-humains) et le problème que pose leur place dans la société décrite.

Et c’est bien la que sont biens faites les choses dans le livre de Rosa Montero. Bruna fait partie d’une minorité, et les problèmes qu’elle rencontre (insertion dans la société, haine de la part des humains…) sont des sujets très actuels que l’on peut adapter à ce qu’il se passe en ce moment dans le monde. Donc, lorsque plusieurs crimes semblent avoir été causés par des réplicants, les humains s’en prennent aux technos : amalgames, violences, rejet, domination par la peur, montée d’un parti politique basé sur la haine de l’autre… Lors de ma lecture, je pensais sans cesse à ce qu’il se passe aujourd’hui, et retrouve beaucoup de réactions que l’on peut voir lorsque les individus choisissent de déverser leur haine sur de mauvaises personnes.

Des larmes sous la pluie est aussi un livre policier, puisque nous suivons Bruna dans son enquête pour savoir qui tire les ficelles, tout en tentant d’esquiver les dangers qui entourent sa condition de réplicante. J’ai aimé la suivre un peu partout, rencontrer des espèces inconnues et découvrir la société futuriste dans laquelle elle vit qui ne fait pas du tout envie. J’ai aussi particulièrement aimé les questionnements de Bruna sur sa propre vie. Tout au long de notre lecture, elle compte les jours qu’ils lui restent, puisqu’elle sait qu’elle va mourir à 35 ans, quelques mois de plus si elle a de la chance.

J’ai eu une petite déception à la fin du livre. En effet, celle-ci arrive miraculeusement et le dénouement de l’histoire est très rapide. J’ai beaucoup aimé néanmoins l’histoire dans son intégralité et je ressors ravie de cette lecture.

Je tiens à souligner le style de l’auteur qui, parfois, peut être très poétique. Je garde de côté plusieurs passages qui m’ont particulièrement touchés. L’écriture est fluide et la lecture très agréable. Finalement, c’est un livre que j’ai beaucoup apprécié, notamment par son côté futuriste qui est, malgré tout, si proche de notre société actuelle.

Note : ★★★★☆