Lecture

TAG Livresque

Je n’ai plus vraiment le temps d’écrire des chroniques pour chacune de mes lectures en ce moment. J’adore ce blog, mais j’aime encore plus ma chaîne YouTube. Mais pour éviter de le laisser crouler sous les vidéos, je vais essayer de faire quelques tags ou challenges de temps en temps et venir les détailler ici. Je commence aujourd’hui avec un tag livresque que j’ai envie de faire depuis pas mal de temps.

Es-tu une acheteuse compulsive de livre ?

Je me le demande encore parfois, mais j’aurais tendance à dire oui. Je serai capable d’acheter plusieurs dizaines de livres tous les mois, quitte à les lire dans plusieurs années, car beaucoup de livres me donnent très envie. Mais j’ai remarqué que plus ma PAL augmentait, moins je lisais de livres, à cause d’un trop grand choix qui me fait paniquer. En ce moment, j’essaye de me limiter à dix livres maximum par mois, tout en faisant baisser ma PAL.

A quelle fréquence achètes-tu des livres ?

Je n’ai pas de préférences particulières. Je ne vais plus en librairie une fois par semaine comme j’ai pu le faire. J’y vais généralement quand il y a une grosse sortie que j’attends depuis longtemps, si je veux absolument la suite d’un livre que je viens de terminer et que j’ai adoré, ou encore si je n’ai pas trop le moral (il n’y a rien de mieux que de dépenser des sous pour des livres pour me redonner le sourire).

As-tu une librairie favorite ?

J’adore le Furet du Nord qui se trouve à Lille. C’est là que je vais à chaque fois, je connais par coeur tous les étages et j’aime beaucoup leur sélection très variée de bouquins sur tous les sujets.

Fais-tu tes achats livresques seule ou accompagnée ?

Toujours seule ! J’aimerais bien avoir une copine de shopping d’ailleurs, mais je suis trop exaspérante. Mon copain m’a accompagné les premières fois pour que je découvre le magasin, mais comme j’y reste une bonne heure à chaque fois et que ce n’est pas un lecteur, il s’ennuie trop rapidement pour passer un bon moment. Et j’aime avoir mes petites sorties librairies pour prendre le temps de fouiner dans tous les rayons.

Librairie ou achats sur le net ?

J’ai eu tendance à privilégier, l’un, puis l’autre pour diverses raisons. Aujourd’hui, j’achète mes romans et romans graphiques français en librairie, mais tout le reste pratiquement sur Internet (beaux livres, livres en anglais et livres d’occasion).

Vers quels types de livres te tournes-tu en premier ?

La SFFF, avec en priorité la fantasy, les livres d’horreur que j’adore, les beaux livres sur n’importe quel sujet (musique, mode, féminisme…), les bande-dessinées et romans graphiques.

Préfères-tu les livres neufs, d’occasions ou les deux ?

Je préfère les livres neufs. J’aime que les livres vivent, mais avec moi. J’achète quand même des livres d’occasion depuis quelques mois pour soulager mon porte-feuille, j’arrive quand même à faire de belles économies grâce à ça !

Qu’aimes-tu dans le shopping livresque ?

FOUINER. Chercher partout, des titres inconnus, voir les avis sur Livraddict (quand je capte quelque chose, ce qui est rare), m’approcher de livres dont je n’ai pas entendu parler, marcher un peu et voir un livre dans ma wishlist depuis des années que je ne pense jamais à acheter, aller dans les rayons de genres que je connais moins…

Te fixes-tu une limite d’achat par mois ?

Je me donne une limite de dépense maximale les mois où j’abuse trop, mais sinon non, puisque je suis raisonnable dernièrement. En même temps, j’ai la chance de travailler, d’avoir un salaire stable et un loyer pas trop élevé, je peux me permettre quelques folies de temps en temps !

A combien s’élève ta pal ? Et ta wish-list ?

J’ai, à l’heure où j’écris ce post, 40 livres dans ma PAL, c’est un chiffre que j’essaye de ne pas dépasser, et 385 livres dans ma wishlist, et ce chiffre la peut augmenter autant qu’il veut tant qu’ils ne viennent pas sur mes étagères !

Cites 3 livres que tu veux tout de suite !

La chambre de Naomi de Jonathan Aycliffe, Mordre le Ciel de Gudule et Asking For It de Louise O’Neill

Pré-commandes tu tes livres ?

Non ! Si j’attends une sortie avec impatience, je préfère aller chercher le livre en librairie.

Pourquoi un tel pseudo / nom de blog ?

Certaines de mes amies m’appellent « Double-Face », car j’ai un visage pipou mais que je peux être très vilaine. « Lizzie » est le prénom que j’ai choisi en arrivant en Corée. Je m’appelle Lise, ce qu’ils prononcent là-bas « Lidjeuh » ou « Lidjé », et je préférais « Lidji ». C’est resté.

Parle-nous de ton prof préféré.

Mon institutrice en CP et CE1, ça compte ? C’est elle qui a révélé mon potentiel, qui m’a donner les chances de me réaliser. Elle était géniale, c’était une époque où j’étais trop forte, et c’est elle qui m’a fait sauter une classe. Sinon, j’ai eu des professeurs très bons, d’autres très mauvais, mais elle va me marquer pendant très longtemps.

Parle-nous de ton premier concert.

Je ne suis jamais vraiment allée à un concert, je crois. J’ai vu des spectacles, des gens qui chantaient sur scène, mais pas de concert à proprement parler. Trop de monde, trop de bruit, je préfère écouter de la musique chez moi, je pense. C’est pas trop mon truc !

Quel est ton endroit préféré au monde ?

Il y a plein d’endroits que j’adore. Celui auquel je pense, tout de suite, c’est le Palais de Changdeokgung, dans lequel j’ai passé des heures à visiter ses jardins et le jardin secret. C’est mon endroit préféré à Séoul. Sinon, j’adore le village de mes parents, près d’un fleuve, près duquel je vais faire mes longues balades avec ma chienne.

Un endroit que tu aimerais visiter ?

Je vais bientôt visiter les plus belles bibliothèques de Prague, j’ai tellement hâte, ça a l’air magnifique. J’ai juste envie de mettre une belle robe et de me prendre pour Belle.

Parle-nous de quelque chose qui te rend complètement folle en ce moment.

Ca compte si je dis mes vacances ? Elles arrivent très bientôt. Mais en règle général, je dirais tous les projets que j’ai dans la tête et que j’espère parvenir à concrétiser un jour.

Si tu pouvais posséder instantanément quelque chose, rien qu’en claquant des doigts, qu’est ce que ce serait ?

J’ai pour but d’être entrepreneur un jour et de gérer ma propre entreprise. Je pense que le processus de création sera long, éreintant mais passionnant, mais si je pouvais déjà avoir une entreprise qui tourne bien sans avoir besoin de trop en faire, je veux bien. (^^)

Chroniques, Lecture

Des larmes sous la pluie – Rosa Montero

des larmes sous la pluie rosa montero
Ces derniers temps, j’ai envie de me concentrer sur de la littérature « adulte ». Je lis beaucoup de jeunesse, et je passe à côté de petites perles parmi les livres « de mon âge ». En plus de ça, j’ai de grandes lacunes en science-fiction, que je m’efforce de combler de temps en temps… Autant vous dire que j’ai été ravie de découvrir Des larmes sous la pluie de Rosa Montero, que m’ont gentiment envoyé les Editions Métailié. Et en plus de ça, j’allais découvrir mon tout premier auteur espagnol (Cervantès ne comptant pas comme un auteur que j’ai décidé de lire de moi-même). J’ai donc été ravie de découvrir ce livre dont les avis étaient plutôt bons.

Etats-Unis de la Terre, 2109. Les réplicants meurent dans des crises de folie meurtrière tandis qu’une main anonyme corrige les Archives Centrales de la Terre pour instrumentaliser l’histoire de l’humanité. Bruna Husky, une réplicante guerrière, seule et inadaptée, décide de comprendre ce qui se passe et mène une enquête à la fois sur les meurtres et sur elle-même. Aux prises avec le compte à rebours de sa mort programmée, elle n’a d’alliés que marginaux ou aliens dans ce tourbillon répressif, vertige paranoïaque, qui emporte la société.

Bruna Husky est une réplicante, c’est-à-dire qu’elle a été créée artificiellement, qu’elle possède une fausse mémoire, afin de lui donner l’illusion qu’elle a vécu une enfance, et qu’elle ne vivra pas plus qu’une dizaine d’année à cause de sa mort programmée. Sa vie va commencer alors qu’elle semblera avoir 25 ans, et se terminera après ses 35 ans. Elle est détective privée, et on va lui demander d’enquêter sur une affaire qui va prendre de grosses proportions.

Avant toute chose, Des larmes sous la pluie s’attaque à l’univers de Blade Runner. N’ayant ni lu le livre, ni vu le film, je me suis empressée de faire une petite commande chez Amazon pour recevoir le livre et connaître l’oeuvre de base, afin de m’en imprégner. J’ai lu Blade Runner rapidement et ait pu bien comprendre les enjeux des replicants (ou techno-humains) et le problème que pose leur place dans la société décrite.

Et c’est bien la que sont biens faites les choses dans le livre de Rosa Montero. Bruna fait partie d’une minorité, et les problèmes qu’elle rencontre (insertion dans la société, haine de la part des humains…) sont des sujets très actuels que l’on peut adapter à ce qu’il se passe en ce moment dans le monde. Donc, lorsque plusieurs crimes semblent avoir été causés par des réplicants, les humains s’en prennent aux technos : amalgames, violences, rejet, domination par la peur, montée d’un parti politique basé sur la haine de l’autre… Lors de ma lecture, je pensais sans cesse à ce qu’il se passe aujourd’hui, et retrouve beaucoup de réactions que l’on peut voir lorsque les individus choisissent de déverser leur haine sur de mauvaises personnes.

Des larmes sous la pluie est aussi un livre policier, puisque nous suivons Bruna dans son enquête pour savoir qui tire les ficelles, tout en tentant d’esquiver les dangers qui entourent sa condition de réplicante. J’ai aimé la suivre un peu partout, rencontrer des espèces inconnues et découvrir la société futuriste dans laquelle elle vit qui ne fait pas du tout envie. J’ai aussi particulièrement aimé les questionnements de Bruna sur sa propre vie. Tout au long de notre lecture, elle compte les jours qu’ils lui restent, puisqu’elle sait qu’elle va mourir à 35 ans, quelques mois de plus si elle a de la chance.

J’ai eu une petite déception à la fin du livre. En effet, celle-ci arrive miraculeusement et le dénouement de l’histoire est très rapide. J’ai beaucoup aimé néanmoins l’histoire dans son intégralité et je ressors ravie de cette lecture.

Je tiens à souligner le style de l’auteur qui, parfois, peut être très poétique. Je garde de côté plusieurs passages qui m’ont particulièrement touchés. L’écriture est fluide et la lecture très agréable. Finalement, c’est un livre que j’ai beaucoup apprécié, notamment par son côté futuriste qui est, malgré tout, si proche de notre société actuelle.

Note : ★★★★☆